Protéger son véhicule ancien de la corrosion.

La rouille est la maladie du véhicule ancien, lors d’une restauration nous mettons tout en oeuvre pour la bannir du véhicule.
Pour ce faire nous utilisons trois procédés différents en fonction de la surface à traiter et à protéger et qui viennent par étape.
Dans cet article nous vous expliquons les procédés que nous utilisons et dans quel but.

 Protéger son ancienne de la corrosion !

 

Lorsque l’on entreprend une restauration de véhicule ancien, la première question que nous nous posons concerne la rouille. Sur un véhicule de trente ans ou plus c’est à prévoir.
L’idée première est de la localiser et de chiffrer l’étendue des dégâts, pour ensuite pouvoir agir, la traiter et faire en sorte qu’elle ne réapparaisse plus.
Un ensemble de procédé est mis en oeuvre pour y parvenir.
Dans cet article nous allons vous expliquer notre façon de travailler et l’importance que nous y accordons.
Ce serait dommage pour une auto que nous passions du temps dessus pour lui donner un bel aspect d’origine et une belle peinture extérieure si des bulles de rouilles viennent à s’y former à nouveau !

• La rouille est dûe à l’humidité, à l’air et à la porosité d’une vieille peinture qui les laisse passer. Bien souvent les parties corrodées sont : les soubassements, les planchers, les longerons, les passages de roues mais nous en retrouvons aussi sur les parties ayant été réparé ultérieurement.

• Aujourd’hui nous sommes capables de prévenir et de stopper la corrosion grâce à des techniques qui n’existaient pas encore à l’époque des véhicules anciens.

 

  1. L’aérogommage : Ce procédé permet de décaper la peinture à basse pression afin de ne pas abîmer, déformer le véhicule. C’est un travail de précision qui associe de l’air à un abrasif.
    Ainsi après cette étape le véhicule est mis à nu et peut nous raconter son histoire.
  2. Le thermolaquage : Nous utilisons ce procédé pour les pièces mécaniques et de châssis qui vise à la protection grâce à une cuisson de la matière à 200°C. Ainsi les pièces seront protégées de toutes rayures et divers frottement.
  3.  La peinture epoxy: Ce traitement est utilisé sur la caisse et les ouvrants, c’est une résine pulvérisable. Cela permet de stopper la corrosion en vue de la réparation à venir.

 

Lorsque ces différentes étapes sont effectuées nous pouvons commencer les travaux de tôlerie.
Il arrive qu’une partie du véhicule ait trop été endommagé par la corrosion, c’est alors que nous prenons la décision de réaliser un partiel (remplacement d’une partie de la tôle) ou de changer la pièce par une pièce d’origine.

A l’issue de ces différentes étapes le véhicule est protégé de la rouille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.